5ème région française en termes de superficie et de population, la région des Pays de la Loire s'étend sur 32 000 km² (6 % de la superficie de la France métropolitaine) et sa population est de près de 3,8 millions d’habitants (5,8 % de la population de la France métropolitaine), soit une densité de 118 habitants au km².
Les résultats des consommations et productions d'énergie, émissions de polluants et de gaz à effet de serre en Pays de la Loire de l’inventaire BASEMIS® sont disponibles pour les années 2008 à 2018 dans le rapport ci-dessous, et via l’open-data d’Air Pays de la Loire :

Contactez-nous pour des résultats adaptés à vos besoins spécifiques.

consommations d'énergie

Les consommations d’énergie s’élèvent à environ 91,6 TWh en 2018. Elles sont restées stables entre 2008 et 2018 (-0,4 % en valeur absolue, -7 % en valeur par habitant).

production d’énergie renouvelable

La montée en puissance des sources renouvelables d’électricité est très nette au cours de la période considérée (x6,8 entre 2008 et 2018). L’électricité d’origine renouvelable produite en Pays de la Loire est majoritairement issue des éoliennes (65 %) et du photovoltaïque (22 %).

Le bois-énergie est la filière de production de chaleur renouvelable la plus importante en Pays de la Loire (développement des chaufferies bois énergie). Cette filière présente une hausse de 53 % entre 2008 et 2018. Les pompes à chaleur produisent environ 35 % de la chaleur en Pays de la Loire en 2018. Utilisées principalement dans les secteurs résidentiel et tertiaire, leur utilisation a été multipliée par 3 entre 2008 et 2018.

émissions de GES

Les émissions de gaz à effet de serre (GES) régionales atteignent 31 millions de tonnes équivalent CO2 en 2018, soit 6,7 teqCO2 par habitant (contre 6,1 teqCO2/hab en moyenne en France).
Les émissions de gaz à effet de serre proviennent majoritairement, à plus de 60 %, de la combustion, source pour laquelle les émissions de CO2 sont prépondérantes. L’importance de l’agriculture en région se retrouve ici : 28 % des émissions de gaz à effet de serre sont imputables au secteur alors qu’il n’est responsable que de 19 % des émissions au niveau national.
Les émissions de GES sont en baisse de 9 % depuis 2008, soit par habitant un recul de 20 % par rapport à 2008.

secteur Utilisation des Terres, leur Changement et la Forêt (UTCF)

Le secteur UTCF n’est, par convention, pas intégré dans le total des émissions de GES d’un territoire. Celui-ci ne peut être sommé aux émissions de GES présentées précédemment. Ce secteur génère à la fois des émissions et des absorptions de CO2. Il permet d’estimer les puits de carbone sur un territoire à travers trois flux : l’accroissement forestier (absorptions), la récolte de bois (émissions) et les changements d’utilisation des sols (émissions et absorptions).

émissions de polluants

Les polluants atmosphériques suivent des tendances majoritairement à la baisse entre 2008 et 2018 :
d’environ 20 % à 50 %. Les émissions d’ammoniac, elles, sont stables sur la période, principalement liées à l’agriculture.