C'est une question que les cyclistes se posent souvent, est-ce nécessaire pour circuler à vélo dans notre région ?

L’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a réalisé des travaux sur le sujet et rendu des préconisations en juillet 2018.

Il ressort que l’efficacité des masques est variable et qu’une efficacité avérée en laboratoire ne reflète pas l’efficacité en conditions réelles (morphologie du visage de l’utilisateur, manque d’entretien, activité physique intense…).

La plupart des masques « antipollution » sont conçus pour protéger des particules mais ne protègent pas contre les polluants gazeux (dioxyde d’azote par exemple).

L’ANSES conclut à l’insuffisance de données disponibles, notamment en conditions réelles d'utilisation, pour attester d’un bénéfice sanitaire lié au port de masques dits « antipollution » par le grand public. Ils ajoutent que le port d’un masque dit « antipollution » peut donner un faux sentiment de protection à son utilisateur et entrainer des comportements conduisant éventuellement à une surexposition aux polluants dans l’air. Ils ne recommandent donc pas aux pouvoirs publics d’encourager le port de tels dispositifs.

L’ANSES préconise en revanche d’améliorer l’information sur les comportements à adopter afin de limiter l’exposition quotidienne.

 Retrouvez ici l'intégralité des recommandations de l'ANSES.

A vélo, contrairement à ce que l’on pense généralement, l’exposition à la pollution est moins importante qu’en voiture (en moyenne). Pour une voiture la prise d’air se fait à proximité du pot d’échappement du véhicule qui précède et la voiture est dans le flux de circulation. Même s’il est vrai qu’à vélo, par moment, la proximité avec un véhicule fortement émetteur peut faire respirer un air plus fortement pollué.

En s’éloignant d’un axe routier les niveaux de polluants réduisent assez vite, c’est pourquoi il est conseillé de se placer sur les pistes cyclables, ou encore les bandes cyclables à l’écart de la route s’il y en a, se tenir à distance des bus et se placer devant les voitures au feu rouge (sas vélo).

De même il est bien de choisir des axes de circulation moins fréquentés si c’est possible, ou encore d’avoir une allure modérée pour respirer moins d’air et donc moins de polluants.