Sur les recommandations d’Air Pays de la Loire qui a réalisé deux études en 2012/2013 et en 2015 en environnement intérieur, l’école Jules Ferry (53) a procédé en 2017 à l’installation d’un système de ventilation mécanique contrôlée (VMC) pour pallier le manque de renouvellement de l’air intérieur au sein de l’établissement. Les résultats de cette nouvelle étude montrent l’atteinte de la plage de confort pour les deux salles de classes en ce qui concerne le confort hygrothermique. Une amélioration du confinement et de la qualité mycologique de l’air peut également être mise en avant pour une des salles de classe traduisant le bénéfice de l’installation de la VMC. Plusieurs actions correctrices peuvent aujourd’hui être menées pour améliorer la qualité de l’air intérieur dans l’ensemble des classes.

contexte : un suivi après travaux centré sur la microbiologie 

En 2012/2013, Air Pays de la Loire a mené une étude à l’école Jules Ferry qui avait mis en avant une qualité de l’air intérieur marquée par des faibles niveaux en polluants chimiques (BTEX et aldéhydes), mais un confinement élevé et la présence de moisissures. En 2015, une nouvelle étude visant à évaluer la qualité de l’air intérieur de l’école en ciblant spécifiquement la contamination en moisissures a donc été réalisée. Les résultats ont indiqué une qualité de l’air
perturbée par un manque de renouvellement d’air, notamment par la présence de moisissures et des niveaux de confinement très importants. Des solutions de remédiation ont été proposées, dont la mise en place d’un système de ventilation mécanique contrôlée.
En 2017, l’installation de cet équipement a été réalisée dans la partie Est de l’école (classe de CE1). L’enjeu de cette nouvelle étude consiste à caractériser l’évolution de la qualité de l’air intérieur de l’école Jules Ferry en ciblant spécifiquement la contamination microbiologique et les paramètres de confort. Pour cette étude, les deux salles de classe préalablement investiguées, CE1 et CE1/CE2 (ex CM1) ont fait l’objet de mesures des paramètres hygrothermiques, de confinement et d’une évaluation de la contamination microbiologique en période hivernale, du 13 au 17 novembre 2017.

résultats : une qualité de l'air intérieur toujours perturbée par un manque de renouvellement d'air 

Résultats 

Commentaires

Paramètres hygrothermiques et de      confinement

Température

Témoigne d’un renouvellement d’air insuffisant avec une humidité relative maintenue dans la plage de confort lors des périodes d’enseignement, mais élevée la nuit en CE1, et des niveaux de confinement importants dans les 2 salles de classe (amélioration en CE1). 

Humidité relative

Dioxyde de carbone

Moisissures

Dans l'air 

Amélioration de la qualité mycologique de l’air, notamment en CE1. Présence de moisissures dans l’air dans les deux salles de classe dont Aspergillus versicolor (CE1/CE2 uniquement) et fumigatus, Penicillium sp et Cladosporium sp en plus grande quantité. A ces concentrations, le risque de développement de l’asthme et des allergies est modéré.

conclusion et perspectives : mieux renouveler l'air 

L’évaluation de la qualité de l’air intérieur au sein de l’école Jules Ferry à Mayenne du 13 au 17 novembre a mis en évidence :

  • un confort hygrothermique plus favorable en 2017 qu’en 2012 et 2015, avec une stabilité des températures mesurées dans les salles de classe et une humidité relative moins importante, en lien avec les conditions météorologiques moins pluvieuses. Les diagrammes psychrométriques indiquent en 2017 l’atteinte de la plage de confort pour les 2 salles de classe.
  • un confinement amélioré en 2017 pour la classe de CE1 (-674 ppm en moyenne sur la période de mesure) et dégradé pour la classe de CE1/CE2 (+441 ppm).
  • une amélioration de la qualité mycologique de l’air depuis 2015, notamment dans la classe de CE1. La qualité mycologique de l’air dans la classe de CE1 peut être qualifiée de bonne comparativement à celle de la classe de CE1/CE2, dégradée notamment en raison de la présence d’Aspergillus versicolor. 

Ces résultats traduisent le bénéfice de la mise en place du système de ventilation dans la classe de CE1 permettant notamment de diminuer le confinement. Au regard des résultats, plusieurs actions pourraient être menées pour améliorer davantage la qualité de l’air intérieur de l’établissement :

  • améliorer les conditions d’aération des salles en procédant à des ouvertures plus fréquentes des fenêtres durant les périodes d’occupation et lors des récréations.
  • corriger le dysfonctionnement de la bouche de soufflage en classe de CE1 pour permettre un meilleur renouvellement d’air et donc l’atteinte d’un confinement optimal.
  • systématiser la ventilation mécanique contrôlée (VMC) en continu au sein de l’ensemble de l’école pour améliorer le renouvellement de l’air participant ainsi à la réduction du confinement et de l’humidité relative.