Air Pays de la Loire intervient en partenariat avec les Conseillers Médicaux en Environnement Intérieur pour caractériser la qualité de l’air des domiciles des patients. Les résultats sont comparés aux valeurs guides sanitaires. Des dépassements ont été observés pour le benzène et le formaldéhyde dans certains logements, en lien avec les pratiques des occupants (solvants, diffuseurs de parfum liquide) et/ou avec la présence de certains matériaux. Plus de la moitié des patients a vu les symptômes disparaître suite à l’application des préconisations formulées par Air Pays de la Loire.

Dans le cadre du plan régional santé-environnement (PRSE), deux postes de Conseillers Médicaux en Environnement Intérieur (CMEI) ont été mis en place dans les Pays de la Loire. Ils sont rattachés au CHU d’Angers et au CHU de Nantes et couvrent l’ensemble du territoire régional. Les CMEI réalisent une centaine d’interventions par an au domicile de patients présentant des pathologies environnementales liées à la qualité de l’air intérieur de leur logement. Ces interventions mettent en avant que 90% des pollutions intérieures constatées sont d’ordre biologique (moisissures, allergènes liées aux animaux domestiques, etc.) et 10% d’ordre chimique. Au vu de l’expertise d’Air Pays de la Loire sur la partie chimique de la qualité de l’air intérieur, un partenariat avec les CMEI et l’Agence Régionale de Santé (ARS) a été mis en place. L’action d’Air Pays de la Loire porte ainsi sur la caractérisation de la qualité de l’air intérieur des logements en fonction du bâti, des équipements et des usages associés. Les mesures de polluants réalisées au domicile des patients sont comparées aux valeurs guides sanitaires permettant éventuellement de cibler les sources de pollution.

motifs d’intervention : la santé et le logement du patient

Deux grandes catégories de motifs d’intervention ont été identifiées après analyse des campagnes de mesures réalisées par Air Pays de la Loire, en 2017, au domicile de patient : motifs liées à la santé du patient et motifs liées à son logement. Plus de la moitié des interventions en 2017 ont eu lieu au domicile de patient ne présentant aucune allergie identifiée (catégorie « autre » dans le graphique) et près des trois quarts des campagnes ont un lien avec le bâti (travaux, dysfonctionnement de la ventilation, …).

résultats issus des campagnes de mesure

Le benzène et le formaldéhyde sont les deux polluants pour lesquels les dépassements de la valeur guide associée sont les plus importants. Ces concentrations sont liées aux usages des occupants du logement : solvants, encens, diffuseurs de parfum liquide, cuisine (cuisson, grille-pain, …) et/ou aux matériaux et ameublement. En fonction des paramètres hygrothermiques des logements, notamment lors de températures élevées, les concentrations de ces polluants peuvent être plus élevées.

bilan des campagnes de mesure 2017

Les suivis après les campagnes de mesure réalisés par les CMEI montrent qu’une majorité des patients sont très satisfaits suite à l’intervention d’Air Pays de la Loire. De plus, plus de la moitié de ces patients ont vu leurs symptômes disparaître suite à l’application des préconisations présentées.
Chaque année, grâce au partenariat avec l’ARS, une dizaine de campagnes sont réalisées en soutien à l’activité des CMEI.