Air Pays de la Loire a réalisé une étude prospective des émissions de polluants de l’agglomération de Nantes Métropole à l’horizon 2030, issue de travaux pour le Plan de Déplacements Urbains (PDU) et le Plan Local d’Urbanisme métropolitain (PLUm). Les résultats de cette approche permettent d’évaluer en cohérence ces deux politiques publiques locales qui intègrent des leviers en faveur de la qualité de l’air. Les résultats indiquent des émissions de polluants en baisse, en lien avec l’évolution attendue du parc roulant et l’amélioration technologique au niveau des motorisations, et les actions prévues dans le cadre du PDU.

Le projet de recherche et développement sur le thème de l’urbanisme et la qualité de l’air réalisé en partenariat entre Air Pays de la Loire et Nantes Métropole entre 2016 et 2018 prévoit la réalisation d’une étude prospective de l’agglomération à l’horizon 2030, issue de travaux pour le Plan de Déplacements Urbains et le Plan Local d’Urbanisme métropolitain.

Les résultats de cette approche permettent d’évaluer en cohérence deux politiques publiques locales majeures qui intègrent des leviers en faveur de la qualité de l’air.

A l’horizon 2030, Nantes Métropole prévoit notamment :

  • d’accueillir 75 000 nouveaux habitants,
  • la création de 60 000 emplois,
  • de diminuer de 50 % les émissions de gaz à effet de serre par habitant,
  • d’atteindre 67 % des déplacements par des modes alternatifs.

Dans ce contexte de fort développement et d’objectifs environnementaux ambitieux, Nantes Métropole a besoin d’une vision prospective de l’état de la qualité de l’air à l’horizon 2030 et d’identifier les effets positifs des politiques publiques ou d’anticiper d’éventuelles divergences.
Suite à la révision des objectifs de part modale, et l’augmentation de 2 points de la proportion du véhicule passager, la projection 2030 du PDU à fait l’objet d’une mise à jour en 2018. Les parts modales initiales correspondent aux objectifs du PDU 2010-2015 alors que les parts modales révisées se rapportent aux objectifs du nouveau PDU 2018-2027. En terme de trafic routier, la révision des objectifs de part modale se traduit par une diminution d’environ -14 % du volume de véhicules en circulation.

quatre scénarios

4 scénarios, établis en concertation entre Nantes Métropole et Air Pays de la Loire, sont étudiés dans le projet :

  • l’état initial 2015 : il s’agit de la situation de référence correspondant à une année récente.
  • le scénario 2030 du « PDU 2018-2027 » : ce scénario représente la situation projetée en 2030 pour lequel les politiques publiques sont mises en œuvre ainsi que toutes les évolutions exogènes (évolution de la pollution atmosphérique de fond, renouvellement du parc,…).
  • scénario « 2030 effet comportemental » : il permet d’isoler l’effet sur la qualité de l’air du changement de comportement en terme de déplacement lié à la mise en œuvre du PDU 2018-2027.
  • scénario « 2030 effet technologique » : il permet d’identifier l’impact de l’évolution technologique des motorisations des véhicules.

cinq indicateurs

Les indicateurs retenus dans ce projet sont :

  • la consommation d’énergie,
  • les émissions de gaz à effet de serre (en équivalent CO2),
  • pour les polluants : les oxydes d’azote et les particules fines PM10 et très fines PM2.5.

L’étude de l’exposition des habitants à pollution atmosphérique (calcul des concentrations) est menée sur ces 3 polluants à enjeux car ils présentent des risques de dépassement des seuils réglementaires et des enjeux sanitaires.

en 2030, pour le secteur du trafic routier, une baisse généralisée de la consommation d’énergie et des émissions de GES avec une diminution plus marquée sur des émissions polluantes

évolution des consommations et des émissions de polluants du secteur routier à l’échelle de Nantes Métropole de 2015 à 2030


Une diminution de - 13 % de la consommation d’énergie et des émissions de gaz à effet de serre en provenance du secteur routier est prévue entre 2015 et 2030. Cette baisse est liée à l’évolution du trafic dans l’agglomération.
En 2030, la population de l’agglomération devrait augmenter de + 10 % (selon les projections de Nantes Métropole). L’évolution à la baisse du trafic, malgré l’évolution démographique attendue, indique une volonté d’initier une évolution majeure dans les comportements de déplacement dans le PDU 2018-2027.

une révision des objectifs du PDU à l’horizon 2030

La révision des objectifs de part modale à l’horizon 2030 (PDU 2018-2027 versus PDU 2010-2015) entraîne une diminution sensible du trafic en circulation (- 14 %). Ce changement permet de réduire de - 16 % supplémentaires environ par rapport à l’ancien PDU, les consommations d’énergie, les émissions de GES et les émissions de polluants sur l’ensemble du territoire Métropolitain.

un effet du changement des comportements sur les déplacements

La mise en œuvre spécifique du PDU2018-2027 induit une réduction du trafic routier sur l’ensemble de la métropole (à hauteur de – 17 % par rapport au scénario 2030 effet comportemental). En conséquence, la consommation d’énergie et les émissions de GES sur le territoire sont diminuées de – 21 % ce qui représente 239 milles tonnes équivalents CO2 de gaz à effet de serre. Cet effet PDU sur l’énergie et les GES est plus important que l’effet lié aux évolutions technologiques des véhicules.

des émissions polluantes en forte baisse

Les émissions de polluants présentent une baisse de – 77 % à - 79 % pour les oxydes d’azote (NOx, NO2), de - 32 % pour les PM10 et de – 43 % pour les PM2.5. Cette diminution est imputable par ordre d’importance à :

  • l’évolution attendue du parc roulant et l’amélioration technologique au niveau des motorisations (contribuant de façon très majoritaire à la diminution).
    • en 2030, le diesel, fortement émetteur d’oxydes d’azote et de particules, ne devrait représenter que 57 % des véhicules particuliers en ville (contre 74 % en 2015), l’essence 37 % et les véhicules électriques 4 %.
    • plus de 80 % des motorisations devrait respecter les normes Euro 6 et Euro 6c en 2030, correspondant à de faibles émissions polluantes.
  • aux actions prévues dans le cadre du PDU (contribuant à hauteur de 20 % de la baisse des émissions).
    • modification des comportements de déplacements avec atteinte des parts modales du PDU 2018-2027.
    • création d’axes vélo, aménagements piétons, nouvelles offres de transport en commun.

Cette étude a fait l'objet de deux rapports :

Rapport intermédiaire : il s'agit d'une version basée sur les hypothèses initiales en termes de déplacement.

Rapport final : les hypothèses de déplacement de Nantes Métropole ont évolué et font l’objet d’un nouveau rapport.