Cette note présente les actions de sensibilisation menées par Air Pays de la Loire dans le cadre d'une opération de mesure et sensibilisation sur les liens entre combustion de biomasse et qualité de l'air soutenue par l'ADEME et la DREAL.

Conclusions, perspectives

Trois types d’actions ont été réalisés : participation à des forums, réunion de sensibilisation grand public, relais dans des médias. On peut estimer que plusieurs milliers de particuliers ont été concernés par cette opération, selon deux modes de communication : d’une part, articles sur internet, dans des journaux, diffusion radio ; et d’autre part, en face à face.

Il n’est évidemment pas possible d’en déduire un impact collectif sur les changements de comportements. Néanmoins, les résultats indiquent :

  • l’intérêt des forums publics spécialisés sur l’énergie et l’environnement : possibilité de « capter » individuellement les visiteurs placés dans une démarche volontaire de recherche d’informations  et de progrès. Les 24 octobre et 28 novembre 2015, à Nantes et à Couëron, plusieurs dizaines de particuliers ont ainsi reçu des messages ciblés « qualité de l’air », dont certains juste avant une décision de renouvellement de leur système de chauffage au bois.
  • une partie des cibles sceptique aux messages sur la responsabilité du chauffage au bois non performant à la pollution compte tenu des représentations écologique et conviviale de ce type de chauffage. La sensibilisation doit s’adapter à ces représentations notamment la nécessité de lier des savoirs sanitaires et techniques aux pratiques quotidiennes.

Dans le cadre d’un projet financé dans le cadre du PRSE3, Air Pays de la Loire élabore et diffuse un kit de sensibilisation sur chauffage au bois et qualité de l’air à l’attention d’associations et de collectivités. L’objectif est de démultiplier les actions de sensibilisation par l’intermédiaire de ces relais.

Le montage d’un projet sur la mobilisation des professionnels du bois-énergie dans les Pays de la Loire (vendeurs, installateurs, ramoneurs) autour des enjeux sanitaires, de performance technique et économique du chauffage au bois permettrait de consolider l’ensemble de la chaîne d’action.

Le chauffage au bois s’inscrit en effet dans des chaînes de pratiques (gestes associés à des représentations sociales) et à des filières d’acteurs. Tous ces éléments conditionnent la réussite de l’action publique ou les efforts de changements de pratiques.