Air Pays de la Loire a mis en place en mai 2015, avec l’appui de la société Osmanthe, un programme de suivi des odeurs en Basse-Loire. Ce programme associe des habitants bénévoles préalablement formés, plusieurs industriels de la zone et des collectivités.
Grâce à des olfactions régulières réalisées par ces riverains, le suivi permet de :

  • faire un état des lieux des perceptions olfactives sur une année ;
  • établir des liens entre les sources responsables d’odeurs et agir avec efficacité au niveau des sites contributeurs ;
  • suivre l’évolution de la situation odorante dans le secteur.

Une caractérisation olfactive préliminaire é été effectuée au sein de :

  • la raffinerie de Total de Donges
  • des entreprises Yara et Cargill
  • dans l’ensemble du secteur d’étude

Ce document présente les résultats de l’investigation préliminaire réalisée dans l’environnement de la Basse-Loire durant 15 « tournées olfactives » entre février et juin 2016.

6 notes soufrées

Ce sont les plus « senties » dans l’environnement de la Basse-Loire : incontournables de l’univers du pétrole et de la transformation des matières organiques.
Évocations : oignon, ail,  poireau, œuf « pourri », pamplemousse, irritant
Noms chimiques responsables de ces odeurs : DMDS, DADS, propyl mercaptan, H2S, sulfure de limonène, SO2
Source majoritaire :
-->Total : propyl mercaptan, DADS, H2S

8 notes pyrogénées

Majoritairement générées lors des cuissons, séchages ou brûlages, elles occupent une place importante en raison de la ténacité des composés.
Evocations : désinfectant, riz/popcorn,  pommes de terre, grillé, betterave, rhubarbe, excréments, barbe à papa
Noms chimiques responsables de ces odeurs : phénol, pyrazine, méthional, sulfurol, géosmine, IBQ, scatol, éthyl maltol.
Sources majoritaires :
-->Cargill : sulfurol, pyrazine (cuisson) et diacétyle, isovaléraldéhyde (matière grasse du colza)
-->Total et fabrication d’enrobage routier : phénol

6 notes légères

Elles résistent le moins et sont souvent cachées par les notes soufrées ou pyrogénées.
Évocations : pastèque, lait, lisier, café, acétone, bonbons arlequins
Noms chimiques responsables de ces odeurs : nonanal, diacétyle, acide butyrique, isovaléraldéhyde, cyclopentanone, acétate de benzyle.
Sources majoritaires :
-->Recyclage de métaux : cyclopentanone, acétate de benzyle
-->Station d’épuration : scatol, acide butyrique

quelques notes complémentaires

Caractéristiques odorantes relevées au cours des investigations

Ces résultats indiquent une empreinte de la raffinerie Total et de l’entreprise de transformation de colza Cargill. D’autres odeurs issues des enrobés routiers, de la fabrication d’engrais, du recyclage de métaux ou encore de la station d’épuration ont été senties, mais en quantité moins importante. Elles se dissipent par ailleurs plus vite et ne sont pas senties longtemps.
Les observations quotidiennes des nez bénévoles entre mai 2015 et avril 2016 permettront de disposer d’un nombre important d’olfactions à Donges, Montoir de Bretagne et Paimboeuf afin de caractériser et de suivre l’évolution odorante de la zone sur un an.