Cette étude réalisée fin 2020 dans l’environnement de YARA France, notamment à la Camé, à Montoir-de-Bretagne, met en évidence des concentrations en PM10 et PM2.5 inférieures aux valeurs limites réglementaires. Toutefois, l’objectif de qualité est dépassé pour les PM2.5 (comme ailleurs dans la région). Les dépôts de nitrate et d’ammonium sont les plus importants à proximité immédiate de l’usine. Lorsque La Camé est sous les vents de YARA, on observe des élévations des niveaux de PM10, de PM2.5, de nitrate et d’ammonium, suggérant une influence probable de l’usine. Les mesures se poursuivent en 2021. Les résultats, disponibles en 2022, permettront de consolider ces premières conclusions.

contexte et objectifs

L’arrêté préfectoral (AP) n°2019/ICPE/359 du 18 décembre 2019 impose des prescriptions complémentaires à la surveillance réglementaire de la pollution atmosphérique à la société Yara France sur son site de Montoir-de-Bretagne.
Le nouveau dispositif prévoit notamment des mesures automatiques et permanentes de particules PM10 et PM2,5 et la spéciation du nitrate d’ammonium dans l’environnement de Yara.
Les objectifs de cette étude sont d’évaluer l’exposition de la population aux particules PM10 et PM2,5 et au nitrate d’ammonium et d’apprécier l’influence des émissions de Yara sur les niveaux de concentration.

moyens

Les zones de retombées maximales des émissions de Yara ont été identifiées par modélisation.
Suite à cette étude de modélisation, des mesures automatiques ont été installées sur le site de La Camé, proche des habitations les plus proches de l’installation de Yara, au nord-est. La spéciation du nitrate et de l’ammonium a été effectuées par prélèvements sur filtres et par jauges de mesure des retombées atmosphériques, sur plusieurs sites situés à proximité de l’établissement de Yara et à Donges.

résultats

Les mesures automatiques de PM10 et de PM2,5 ont permis de mettre en évidence que :

  • les concentrations en PM10 à La Camé sont inférieures aux valeurs réglementaires (fixées en moyenne annuelle ou journalières),
  • les concentrations en PM2,5 sont inférieures à la valeur limite annuelle, mais supérieures à l’objectif de qualité,
  • lorsque La Camé est sous les vents de Yara, les concentrations peuvent y être ponctuellement plus importantes qu’à Donges : jusqu’à 12 μg/m3 en moyenne journalière pour les PM10 et jusqu’à 10 μg/m3 pour les PM2,5.

Les nitrates et ammonium particulaires dans les PM10 ont été prélevés sur filtres, 15 journées spécifiques ont été analysées. Il n’existe pas de valeur guide pour ces composés dans l’air ambiant.
Les résultats montrent que :

  • lorsque La Camé est sous les vents de Yara, les concentrations en nitrate et ammonium sont en moyenne 2 fois et 3 fois plus importantes, respectivement, qu’à Donges. Ces résultats suggèrent une influence probable des émissions de Yara,
  • ces surconcentrations sont comprises entre 0,5 et 10 μg/m3 pour le nitrate et entre 0,04 à 1 μg/m3 pour l’ammonium à La Camé par rapport à Donges.

Les mesures mensuelles des retombées atmosphériques, effectuées sur 4 sites indiquent que :

  • les dépôts d’ions nitrates sont équivalents à La Camé et à Donges,
  • les dépôts d’ammonium sont sensiblement plus élevés à La Camé et au nord-est de Yara qu’à Donges,
  • les dépôts les plus importants (jusqu’à 160 mg/m²/j) sont rencontrés en proximité immédiate de l’installation et à l’est (dans l’axe des vents dominants) suggérant une influence significative des émissions de Yara dans son environnement très proche.

Les mesures automatiques de PM10 et PM2,5 et les mesures des retombées atmosphériques se poursuivent en 2021. Disposant des mesures toute l’année, une comparaison stricte des niveaux en PM10 et PM2,5 par rapport à la réglementation pourra alors être établie.
Les nitrates et ammonium particulaires seront prélevés dans les mêmes conditions à l’automne 2021. Ces mesures complémentaires permettront de confirmer ou non ces résultats.