En France, 84 % des ménages possèdent une voiture. Les véhicules automobiles ont un impact sur la qualité de l’air et le climat. S’il est nécessaire de développer les mobilités douces et de modifier les comportements, des alternatives aux classiques essence et diesel existent. Basée sur une recherche bibliographique forcément non exhaustive, cette note propose, à l’attention du grand public et des acteurs de la branche, un éclairage sur les impacts sur la qualité de l’air et le climat de trois types de motorisations alternatives : les véhicules fonctionnant au gaz (GNV et bioGNV), les véhicules électriques et à hydrogène.