Air Pays de la Loire a évalué la qualité de l’air à Treffieux, sollicité par Syndicat Mixte Centre Nord Atlantique (SMCNA), suite à des plaintes de riverains pour des odeurs gênantes, liées au site d’enfouissement des Brieulles. Les nuisances olfactives ont pu être mises en évidence par les mesures d’hydrogène sulfuré (H2S), un polluant odorant, dont les niveaux ont dépassé à plusieurs reprises le seuil olfactif. La valeur guide sanitaire pour le H2S est largement respectée. Les niveaux des autres polluants mesurés : dioxyde d’azote, dioxyde de soufre, particules PM10 et benzène, respectent les valeurs réglementaires.

contexte et objectifs

Le SMCNA (Syndicat Mixte Centre Nord Atlantique) reçoit régulièrement des plaintes d’odeurs de la part de riverains du site d’enfouissement d’ordures ménagères des Brieulles, à Treffieux (44). Le syndicat mixte a donc sollicité Air Pays de la Loire afin de clarifier la situation au regard de la qualité de l’air et du possible impact sanitaire du site.
Une campagne de mesure de polluants atmosphériques, odorants et non-odorants, a été réalisée, afin d’évaluer la qualité de l’air à Treffieux.

dispositif

Un laboratoire mobile a été installé en février, avril puis mai et juin 2020 afin de mesurer en continu le sulfure d’hydrogène (H2S), composé très odorant même à faible concentration, le dioxyde de soufre (SO2), le dioxyde d’azote (NO2) et les particules fines (PM10). En parallèle, le benzène a été mesuré par tubes passifs.

résultats

Le tableau ci-dessous synthétise les principaux résultats de mesure :

conclusion

La campagne de mesure réalisée par Air Pays de la Loire en février, avril et mai-juin 2020 met en évidence une nuisance olfactive due au site des Brieulles, liées aux élévations de concentrations de H2S (8 jours ont connu un dépassement du seuil olfactif). La valeur guide sanitaire pour le H2S est respectée. Les valeurs réglementaires sont respectées pour les polluants atmosphériques mesurés : NO2, SO2, PM10 et benzène pendant les périodes de mesure.

1 La technique utilisée moyenne les mesures sur deux semaines, ce qui ne permet pas de détecter une élévation ponctuelle, notamment lors d’un changement de directions des vents.