La loi sur l’Air et l’Utilisation Rationnelle de l’Énergie du 30 décembre 1996 prévoit la mise en place d’une surveillance de la qualité de l’air sur l’ensemble du territoire national. À Laval, cela s’est traduit par l’installation d’une station permanente dans le centre-ville (rue Mazagran). Cependant, la validation de cette station passe par la comparaison avec d’autres sites de l’agglomération afin de s’assurer de la bonne représentativité de la station permanente. C’est pourquoi une campagne de mesure a été mise en place sur le site de la maison de retraite Jeanne-Jugan dans le sud-est de Laval.

une campagne à double emploi

L’objectif de la campagne était double :

• mesurer la qualité de l’air dans une zone prioritaire de surveillance définie lors de l’étude préliminaire à l’installation de la station permanente ;
• valider la représentativité de la station Mazagran à l’échelle de l’agglomération lavalloise.

Cette campagne s’est déroulée du 23 avril au 5 juin 2003. Les concentrations mesurées lors de cette campagne ont été celles des principaux polluants : le dioxyde de soufre, les particules en suspension (PM10), le dioxyde d’azote et l’ozone. Un camion laboratoire a été installé à cet effet dans le verger de la maison de retraite Jeanne Jugan.

une bonne corrélation des mesures

Les concentrations observées sur le site de la maison de retraite Jeanne Jugan comme à la station permanente de la rue Mazagran sont restées en dessous des seuils réglementaires.

Les deux sites de mesures présentent des profils de teneurs en dioxyde d’azote, en ozone et en poussières (PM10) remarquablement proches comme le montre le graphique ci-dessus.
Seuls les niveaux en dioxyde de soufre se distinguent. Cependant, les niveaux en dioxyde de soufre restent faibles à la maison de retraite de la rue Jeanne Jugan et très faibles à la station permanente de la rue Mazagran.

une bonne qualité de l’air dans le sud-est de Laval

En conclusion, le sud-est de Laval bénéficie d’une manière générale d’une bonne qualité d’air comme le centre ville. La station Mazagran est d’une bonne représentativité de la pollution observée dans le sud-est de Laval pour l’ensemble des polluants bien que les teneurs en dioxyde de soufre aient été supérieures dans le sud-est lors de la campagne.

Afin de compléter cette étude, une campagne similaire pourra être menée ultérieurement dans les autres zones de surveillance prioritaires définies lors de l’étude préliminaire afin de compléter l’évaluation de la qualité de l’air dans l’agglomération lavalloise.

La station Mazagran a permis d’observer des dépassements du seuil d’information pour l’ozone et donc d’activer la procédure d’information du public les 4, 5, 8, 9 et 11 août et le 19 septembre 2003.