Air Pays de la Loire vient d'adopter son programme de surveillance de la qualité de l'air (PSQA) : Argos. Ses nouvelles orientations en matière de surveillance de la qualité de l'air régional y sont décrites jusqu'en 2009. Il s'agit pour Air Pays de la Loire, d'adapter les moyens à mettre en oeuvre aux obligations réglementaires et aux enjeux régionaux de la pollution atmosphérique.

évolutions de la surveillance prévues d'ici fin 2009

• mesures en continu : réduction de la surveillance permanente du dioxyde de soufre, du dioxyde d'azote et de l'ozone ; mise en place d'un fonctionnement en alternance des sites urbains d'une même zone ;

• mesures indicatives : hausse des mesures indicatives de métaux lourds, benzène, hydrocarbures aromatiques polycycliques ; mise en place d'un programme cyclique de mesure des polluants automobiles sur les voies de circulation ; poursuite de l'évaluation de la qualité de l'air dans les petites villes ;

• modélisation : utilisation de la plate-forme régionale de prévision des pointes de pollution (Iris) ; révision de la prévision de l'indice de qualité de l'air ; établissement de cartes annuelles de pollution ; modélisation dans les rues de centre-ville.

une surveillance proportionnée aux niveaux de pollution

Air Pays de la Loire fera évoluer son dispositif de surveillance, en fonction des niveaux de pollution. Trois moyens de surveillance sont utilisés :

• mesures en continu dans les zones où la pollution est la plus forte,

• mesures indicatives cycliques ou ponctuelles (campagnes de mesure) là où la pollution est modérée,

• modélisation pour l'ensemble de la région et plus particulièrement les secteurs où la pollution est plus faible.

Argos met en évidence la nécessité d'un ré-équilibrage des différents moyens de surveillance. Le réseau permanent de surveillance sera réduit de 15%, au profit des mesures indicatives et des techniques de modélisation.
En parallèle, avec le programme Inc'Air, Air Pays de la Loire mettra en adéquation ses méthodes de mesure avec les normes métrologiques européennes. Un travail particulier sera consacré à l'évaluation de l'incertitude des mesures.

une évaluation préliminaire indispensable

Les orientations d'Argos ont été obtenues sur la base d'une évaluation préliminaire de la qualité de l'air. La méthode définie dans les directives européennes a été appliquée.
La région des Pays de la Loire a ainsi été découpée en zones. L'évaluation de la pollution sur les cinq dernières années a permis de classer chaque zone entre trois catégories (pollution faible, modérée ou forte), pour chacun des polluants surveillés.
Ces catégories sont basées sur les seuils européens minimal et maximal d'évaluation.
Trois découpages ont été définis en 2, 6 et 15 zones. Ils répondent à des préoccupations relatives à différentes échelles d'intérêt : européennes, nationales et locales.

Les 15 aires de surveillance

Résultats de l'évaluation préliminaires

Argos intègre les orientations des plans régionaux de gestion de la qualité de l'air

Avec l'accroissement des polluants mesurés et le développement de la modélisation, le programme Argos intègre les orientations fixées par les plans régionaux de gestion de la pollution atmosphérique (plan régional pour la qualité de l'air, plan de protection de l'atmosphère, plan régional santé-environnement).

... et répond également aux exigences réglementaires nationales

Le programme Argos répond aux dispositions de l’arrêté du 17 mars 2003 du ministère de l'Écologie et du développement durable, relatif aux modalités de surveillance de la qualité de l’air et à l’information du public.